Blog

Alerte rouge pour les infections hospitalières, 49 000 décès par an

Alerte rouge pour la mortalité due aux infections hospitalières: passée de 18 668 décès en 2003 à 49 301 en 2016. L’Italie représente 30% de tous les décès par septicémie des 28 pays de l’UE. Le chiffre ressort du rapport de l’observation sanitaire “Osservasalute” 2018 présenté aujourd’hui à Rome. “Il y a un massacre en cours, des milliers de personnes meurent chaque jour à cause des infections hospitalières, mais le phénomène est sous-estimé, l’idée que c’est un fait inévitable s’est répandue”, a déclaré Walter Ricciardi, directeur de l’observatoire national de la santé.


En 13 ans, de 2003 à 2016, le taux de mortalité par infections nosocomiales a doublé tant chez les hommes que chez les femmes. L’augmentation du phénomène a été observée pour tous les groupes d’âge, mais surtout chez les personnes âgées de 75 ans et plus. Les taux régionaux, explique le rapport “Osservasalute”, montrent une forte variabilité géographique, avec des valeurs plus élevées au Centre et au Nord et des valeurs plus faibles dans les régions du sud. En 2016, les valeurs les plus élevées pour les hommes ont été enregistrées en Émilie-Romagne et dans le Frioul-Vénétie Julienne, les plus faibles en Campanie et en Sicile. Quant aux femmes, les valeurs les plus élevés sont en Émilie-Romagne et en Ligurie et les niveaux inférieurs sont en Campanie et en Sicile tout comme pour les hommes. L’écart territorial peut être lié en partie à une plus grande attention de la part des hôpitaux à déclarer les causes de décès dans le certificat. (“ANSA”, Agence nationale de la presse italienne)

octobre 1, 2019 Attualità
About admin